Déclaration de Mark Rutte en réaction aux attentats de Bruxelles

Mesdames et messieurs, les lâches attentats commis ce matin à Bruxelles sont terribles et choquants. Il s’agit de meurtres prémédités. Et c’est de nouveau une attaque directe contre notre liberté, notre sécurité et notre façon de vivre. Bruxelles, la Belgique et l’Europe sont touchées en plein cœur. Ce matin, j’ai adressé nos condoléances à mon homologue belge, Charles Michel, et l’ai assuré de notre entier soutien en paroles comme en actes. Il reste encore beaucoup de zones d’ombre. Nous ne savons pas, par exemple, si des Néerlandais se trouvent parmi les victimes. Je sors à l’instant d’une réunion d’urgence de la commission ministérielle de gestion des crises. Le niveau de menace dans notre pays reste substantiel. Il n’y a aucun signe concret indiquant qu’un attentat se prépare aux Pays-Bas. Il convient toutefois de redoubler de vigilance ici aussi. Des mesures de précautions supplémentaires ont été prises, visibles mais aussi invisibles. En ce qui concerne les aéroports, je peux dire que ces mesures prennent la forme d’un renforcement et d’une augmentation des patrouilles effectuées par la Maréchaussée royale. Le contrôle à la frontière belge a été considérablement renforcé et nous entretenons des contacts intensifs avec les autres pays voisins de la Belgique afin d’examiner la nécessité de mesures complémentaires et d’harmoniser notre action. Par ailleurs, la police augmente ses patrouilles dans les grandes gares ferroviaires et renforce et intensifie ses contrôles dans les gares frontalières d’Arnhem, de Breda et de Roosendaal, dont le trafic est en partie international. La Maréchaussée a intensifié le contrôle des trains internationaux, particulièrement entre les Pays-Bas et la Belgique, où la circulation est en ce moment, comme vous le savez, totalement suspendue. Nous déconseillons bien entendu tout déplacement vers Bruxelles aujourd’hui. Notre ambassadeur et notre représentant permanent à Bruxelles sont en contact étroit avec les institutions de l’Union européenne et le gouvernement belge afin d’étudier les mesures nécessaires dans le cadre de la présidence de l’UE. De même, les ministres de la Défense, des Affaires étrangères, de la Sécurité et de la Justice et moi-même entretenons des contacts intensifs avec nos collègues belges et, autant que de besoin, avec les institutions européennes. Nous restons vigilants et annoncerons le cas échéant des mesures supplémentaires pour protéger au mieux les Pays-Bas. J’éprouve une tristesse immense à la pensée de toutes ces vies innocentes fauchées d’un coup ce matin, de tous les blessés, de la peine et de l’incertitude qui touchent tant de familles. Nos pensées vont vers toutes ces personnes, les victimes et leurs proches. Il est absolument clair que nous sommes aux côtés de nos voisins belges, unis dans le deuil et la peine, mais aussi dans la détermination. Car il ne peut être question de s’incliner devant cette violence. Nous restons qui nous sommes et ce que nous sommes : une société ouverte et démocratique qui ne se laisse pas gouverner par la peur. Je l’ai déjà dit et je le répète encore aujourd’hui : nous sommes forts dans l’union.