French press statement Prime Minister Rutte on veto of Security Council Resolution on MH17 tribunal

MH-17: réaction du Premier ministre, M. Rutte, au veto au sein du Conseil de sécurité:

Le rejet de la proposition d’instaurer un tribunal des Nations unies pour juger les responsables de la catastrophe du vol MH-17 est une grande déception. En dépit de ce revers, nous restons déterminés à faire en sorte que les auteurs du crash soient poursuivis et jugés. Le veto russe n’y change rien, les proches des victimes peuvent en être assurés.

Les pays rassemblés au sein de l’équipe d’enquête (Ukraine, Malaisie, Australie, Belgique et Pays-Bas) ont plaidé en faveur de la création d’un tribunal des Nations unies chargé de juger les coupables. Cette option était privilégiée car elle dotait le processus juridique d’une large assise internationale et offrait les meilleures garanties de coopération de tous les pays. Aussi le gouvernement néerlandais s’est-il fortement engagé en ce sens.

Le veto russe n’est pas une surprise. Au cours de mon entretien plus tôt aujourd'hui avec le président Poutine, je me suis une dernière fois efforcé de le convaincre de ne pas repousser la décision de création d’un tribunal. Mais la Russie est finalement restée sourde aux arguments en faveur de la justice internationale, ce qui est très décevant. 11 membres du Conseil de sécurité ont voté pour l’adoption de la résolution, 3 se sont abstenus et seule la Russie a voté contre, un résultat particulièrement frustrant.

Comme je l’ai déjà indiqué, d’autres possibilités de poursuites existent, tant au niveau international que national. Nous allons maintenant les explorer avec nos partenaires. Nous poursuivons nos efforts, dans le cadre de l’équipe d’enquête commune et avec le soutien d’une large coalition internationale. Nous restons fidèles à la résolution 2166 adoptée à l’unanimité peu après la catastrophe du MH-17. Les responsables doivent rendre des comptes. Ils doivent être punis. Il s’agit là d’un devoir envers les victimes et leurs proches.