Speech by Prime Minister Mark Rutte at the national commemoration of the 70th anniversary of D-Day ( in French)

French translation of the short speech by Prime Minister Mark Rutte at the national commemoration of the 70th anniversary of D-Day, Arromanches, France, 6 June 2014.

Commémoration nationale à l'occasion du soixante-dixième anniversaire du débarquement allié en Normandie Allocution de Monsieur Mark Rutte, Premier ministre des Pays-Bas

Majestés,
Votre Altesse royale,
Monsieur le secrétaire d'État,
Excellences,
Messieurs les vétérans,
Mesdames et Messieurs,

Le général Eisenhower a dit un jour qu'à l'heure du choix le paquetage du soldat pèse toujours moins lourd que les chaînes du prisonnier.
Voilà soixante-dix ans, l'heure était venue de choisir.
Le débarquement du 6 juin 1944 a été un instant décisif dans l'histoire mondiale.
Jour longtemps et vivement attendu par des millions d'Européens.
Jour d'espoir.
Au sortir d'une longue période de ténèbres et d'asservissement, de non-droit, de persécutions, se profile soudain la promesse de la liberté reconquise.
Enfin.
Un sentiment qui a dû être ineffable.

Nous nous trouvons aujourd'hui sur une terre historique.
C'est ici que tout s'est déroulé.
"Cette aube n'était semblable à nulle autre", écrit
Cornelius Ryan dans Le jour le plus long.
Ce matin, en présence des héros d'alors, l'histoire vient à notre rencontre.
En clignant les yeux, nous pouvons presque les voir.
Les mille navires apportés par la nuit devant les côtes françaises.
Nous pouvons presque entendre ronfler, là-haut dans les nuages, le cortège des bombardiers assurant le soutien aérien.
Et nous pouvons ressentir l'émotion des 200 000 soldats alliés qui savent qu'ils vont voir la mort en face.
Surtout le premier groupe, quelques milliers de soldats qui se préparent à partir à l'assaut de la plage.
Chaque fibre de leur corps tendue dans la détermination à vaincre.

Nombreux sont ceux tombés pour notre liberté.
C'est leur mémoire que nous honorons aujourd'hui.
Notre gratitude envers tous nos libérateurs restera vive.
Notre gratitude envers le Maquis, ces hommes et ces femmes de la Résistance française qui, derrière les lignes ennemies, ont déréglé la machine de guerre nazie.
Notre gratitude envers vous, messieurs les vétérans.
Car si, dans l'histoire de l'humanité, la liberté n'a pas souvent gratuite, son prix a rarement été aussi élevé.

Le débarquement n'était qu'un début.
Depuis la côte normande, la liberté s'est déployée sur toute l'Europe.
Non sans sacrifices, malheureusement.
Il fallut attendre encore un an avant la victoire complète et définitive.
Un an de destructions inconcevables, de pertes humaines énormes.
Mais aussi une année durant laquelle des héros sont nés, et où le mal, pas à pas, a reculé.
Jusqu'à ce que la paix et la liberté soient revenues pour de bon.

Un nombre croissant d'endroits qui ont vu se dérouler des événements clés de cette période, sont devenus des lieux de mémoire, comme les appellent si justement nos hôtes français.
Ils s'égrènent tout au long des "routes de la Libération".
Reprise dans différents pays, cette initiative néerlandaise ne cesse de s'étendre.
C'est une bonne chose, parce qu'il est nécessaire de continuer à raconter l'histoire de la Libération.
La grande histoire de l'opération
Overlord.
Mais aussi les petites histoires, les histoires personnelles.
C'est ainsi que nous garderons vivante la mémoire de toutes les victimes.
C'est ainsi que nous rendrons justice à votre courage, vous les vétérans néerlandais, et à celui de tous les combattants alliés.
Et c'est ainsi que nous pourrons transmettre aux jeunes générations la valeur de la liberté - un devoir permanent, car la liberté n'est jamais acquise.
Demain, après-demain, chaque jour doit être le Jour J.

Mesdames et Messieurs,

Dans son fameux message adressé aux troupes alliées le 6 juin 1944, le général Eisenhower exprime avec force toute la signification du débarquement:
"The tide has turned! The free men of the world are marching together to victory! […] We will accept nothing less than full victory!"
(La fortune de la bataille a tourné! Les hommes libres du monde marchent ensemble vers la Victoire! […] Nous n'accepterons que la Victoire totale!)

Aujourd'hui, soixante-dix ans plus tard, ces mots n'ont rien perdu de leur puissance.
Au contraire, ils ont pris un sens nouveau.
Car nous devons faire nôtre ce choix intransigeant de restaurer la liberté et la dignité humaine.
Sans relâche.
Jour après jour.